Retour
3 temps de lecture en minutes

L'expression "une seconde dans la bouche, toute la vie sur les hanches" nous rappelle déjà qu'il vaut mieux manger sainement. Mais imaginez ce que vous pourriez ressentir si la conséquence durait plusieurs vies ?

Aussi bizarre que cela puisse paraître, les preuves suggèrent que notre alimentation et notre mode de vie peuvent affecter la santé de nos enfants. Cela pourrait même affecter les enfants de leurs enfants. Cela signifie aussi, bien sûr, que la façon dont vos ancêtres ont vécu pourrait bien avoir un impact sur vous.

Qu’est-ce que l’épigénétique ?

Les scientifiques comprennent de plus en plus comment notre environnement peut affecter nos gènes. Ce domaine s’appelle l’épigénétique et signifie littéralement « au-dessus de la génétique ». Cette science étudie les couches d’informations qui se trouvent en haut de la séquence de lettres qui constitue notre ADN.

INFOGRAPHIE : Cliquez pour agrandir

Imaginez notre séquence ADN comme un manuel d’instructions sur la façon de créer notre corps. L’épigénétique est comme un marqueur que l’on utiliserait pour marquer les parties les plus importantes du manuel et celles à ignorer.

L’épigénétique est également souvent décrite comme le processus permettant aux expériences que nous vivons d’allumer ou d’éteindre certains gènes de notre ADN.

Par conséquent, la découverte que ce que nous mangeons et la façon dont nous vivons ont une incidence sur notre épigénétique et, donc sur nos gènes, signifie que cela peut aussi affecter les gènes de nos descendants lors de la transmission de notre ADN.

Une alimentation et un mode de vie sains sont assez importants lorsque nous souhaitons prendre soin de nous-mêmes. Mais s’il s’agit de l’avenir de l’humanité... eh bien, c’est un peu plus délicat. C’est pour cela que la recherche dans ce domaine est si importante. Plus nous en saurons sur la manière dont notre mode de vie affecte nos gènes, mieux nous comprendrons les comportements à privilégier et à éviter.

Recherche internationale

EpiGen Consortium est l’un des plus grands projets de recherche épigénétique au monde. Ce partenariat public-privé de chercheurs est basé au Royaume-Uni, en Nouvelle-Zélande et à Singapour.

Notre participation à une recherche de pointe dans un domaine aussi vital et passionnant nous permettra de créer des produits ayant un impact positif et éprouvé sur la santé des mères et de leurs enfants Stefan Catsicas, responsable des technologies pour Nestlé

Nestlé a commencé à travailler avec EpiGen en 2011 et a récemment engagé 22 millions de CHF (20M€) dans un partenariat de recherche sur six ans. Le travail qu’EpiGen effectue nous aide à comprendre en quoi la nutrition affecte la génétique. Les chercheurs examinent dans quelle mesure le régime et les modes de vie des femmes enceintes affectent les gènes de leur progéniture. Les plus infimes modifications épigénétiques peuvent influer sur la croissance et le développement futurs de leurs enfants.

« Notre participation à une recherche de pointe dans un domaine aussi vital et passionnant nous permettra de créer des produits ayant un impact positif et éprouvé sur la santé des mères et de leurs enfants », explique Stefan Catsicas, responsable des technologies pour Nestlé.

Nutrition précoce

La recherche vise à améliorer la nutrition et à réduire les problèmes liés à la grossesse comme le diabète gestationnel. Cette maladie affecte la croissance et le développement des enfants, ainsi que la santé future de la mère.

La recherche vise à améliorer la nutrition et à réduire les problèmes liés à la grossesse

Depuis 2006, EpiGen a fait des découvertes importantes dans les domaines de la nutrition maternelle et infantile. Les chercheurs ont démontré qu’un régime faible en glucides pendant la grossesse est lié à des changements chimiques dans certaines parties de l’ADN du bébé. Ces changements peuvent indiquer un risque accru de surpoids ou d’obésité dans l’enfance pour ces jeunes enfants.

Ces conclusions soulignent à la fois l’importance d’une bonne nutrition et les risques associés à long terme. Ce domaine scientifique n’en est qu’à ses balbutiements. Mais il a déjà permis d’améliorer nos connaissances sur la manière dont le corps humain s’adapte et réagit à son environnement. Et il est certain qu’il nous informera davantage sur la façon dont nous nous occupons de notre propre santé, de la santé de nos enfants et peut-être même de celle de leurs enfants.