Retour
3 temps de lecture en minutes
Si vous contribuez aux plus de deux milliards de tasses de café consommées chaque jour dans le monde, il est possible que vous vous interrogiez sur la provenance de votre boisson, mais aussi sur la manière dont les agriculteurs le cultivent ou encore sur son impact sur le monde.

En tant qu’individus, nous pouvons agir de très nombreuses manières pour réduire l’impact de notre café sur l’environnement. Nous pouvons, par exemple, aider en achetant une tasse réutilisable, en recyclant les emballages ou encore en ne portant à ébullition que la quantité d’eau dont nous avons besoin à chaque fois.

Mais qu’en est-il des entreprises qui préparent votre boisson ? Leader mondial du café, Nestlé achète plus de grains de café que quiconque. Cela signifie que l’entreprise peut faire une grande différence et avoir une influence positive.

Voici 5 raisons qui font de votre boisson du matin un bienfait.

1. Emplois

La production de café emploie des millions de personnes à travers le monde. La culture soutient les moyens de subsistance, paie les frais de scolarité et nourrit les familles dans de nombreuses régions qui en ont le plus besoin.

Mais nul ne peut garantir l’avenir de l’industrie du café. Changement climatique, cultures malades, indigence des techniques agricoles et migration massive des régions agricoles vers les villes sont autant de facteurs qui menacent son avenir.

Veiller à l’avenir des emplois ne consiste pas seulement à aider les caféiculteurs à produire davantage à court terme. L’objectif est de faire de la culture du café un métier dont les caféiculteurs peuvent être fiers et que leurs enfants souhaiteront perpétuer.

 

Il s’agit de former plus de 10 000 caféiculteurs par an à des méthodes agricoles durables, qui seront le gage de meilleurs rendements et de revenus supérieurs. Il s’agit d’un véritable engagement de soutien à long terme.

2. Égalité des droits

La culture du café est considérée comme un travail d’homme dans de nombreuses régions du monde, mais cette croyance n’a pas lieu d’être. Au Kenya, par exemple, certains caféiculteurs sont des femmes qui n’ont pas toujours la chance d’être leaders du secteur.

C’est pourquoi nous avons créé un programme de formation destiné aux jeunes et aux femmes.

Ce projet forme les femmes issues des coopératives de production de café à devenir des « agricultrices-promotrices ». Elles apprennent tout ce qui a trait au secteur, de la production de café au leadership, en passant par la sensibilisation aux problèmes de santé. Elles partagent ensuite leurs connaissances et compétences avec leur communauté afin de former leurs collègues.

 

Les résultats sont prometteurs : de nombreuses femmes rejoignent le monde de la caféiculture. Au cours des trois premières années, la formation a permis d’augmenter les rendements de café des promotrices de 83 % en moyenne.

3. Réduction de la pauvreté

Les caféiculteurs dépendent fortement du prix du produit brut sur le marché mondial. Les fluctuations peuvent parfois les empêcher d’investir dans la récolte de l’année suivante. Par le passé, de fortes baisses du prix du café ont entraîné la faillite de nombreux petits agriculteurs.

Pour être moins affectés par les fluctuations des prix, les caféiculteurs doivent gagner en efficacité, réduire les coûts et améliorer la qualité de leur culture.

Par exemple, aux Philippines, Nescafé a mis en place des programmes continus de conservation des sols et de l’eau dans les fermes caféières de toute la région, qui se révèlent particulièrement bénéfiques pendant les mois de sécheresse.

 

Le programme vise à encourager les caféiculteurs à cultiver la plante Jatropha Curcas, également appelée « tuba-tuba », comme culture secondaire. Bonne source de glycérine et de biodiesel, la Jatropha Curcas peut générer des revenus supplémentaires tout en empêchant l’érosion des sols.

Les programmes de micro-financement des agriculteurs les aident également à planifier leurs cultures afin de leur éviter d’attendre une « bonne année » pour investir dans l’avenir.

Les projets visant à améliorer l’éducation, la santé publique et l’approvisionnement en eau dans les régions productrices de café contribuent également à réduire la pauvreté.

4. L’environnement

Au cours des dernières décennies, les préoccupations concernant les effets de la production de café sur l’environnement et l’économie des pays en développement ont favorisé la croissance du café durable.

La durabilité, qui n’est autre que la capacité d’un environnement ou d’un système à conserver sa diversification et à rester productif sur une longue période, dépend de nombreux facteurs.

Nescafé promeut l’agriculture durable en formant les agriculteurs à conserver l’eau et à nettoyer et recycler celle utilisée dans le processus de mouture.

Rainforest Alliance est un organisme de bienfaisance mondial qui s’est fixé pour mission de conserver la biodiversité et d’assurer des moyens de subsistance durables. The Sustainable Agriculture Network est un groupe d’organismes de bienfaisance qui encourage le développement rural et la biodiversité.

 

Dans le cadre du Plan Nescafé, des spécialistes agricoles expérimentés des deux groupes ont travaillé de concert avec Nescafé en vue d’associer les méthodes scientifiques modernes et la sagesse traditionnelle des agriculteurs. Cette solution aide les agriculteurs à conserver les ressources naturelles, à protéger les écosystèmes, à gagner en qualité et à se diversifier.

C’est dans cette optique que le Plan Nescafé a été mis en place. Nous nous sommes ainsi engagés à investir plus de 260 millions de CHF dans des projets mondiaux entre 2010 et 2020 afin d’appuyer la durabilité à long terme de la caféiculture.

5. Récoltes futures

Lorsque les caféiers vieillissent, ils deviennent vulnérables aux maladies et produisent de moins en moins de grains.

Ces dernières années en Colombie, par exemple, une maladie appelée « rouille du caféier » a touché les fermes caféières, ce qui a eu une incidence importante sur la qualité et la productivité des arbres.

C’est pour cette raison que Nescafé travaille à l’amélioration des stocks d’arbres de caféiculteurs en Colombie, en association avec la Colombian Coffee Growers Federation.

Nestlé a fourni aux agriculteurs colombiens 28 millions de nouveaux arbres à haut rendement, résistants à la rouille du caféier. Ceux-ci ont été distribués gratuitement et sans aucune obligation de vente du café à Nescafé.

 

Ces arbres, issus de semences dans des pépinières locales, sont plus productifs et stimulent ainsi les revenus des agriculteurs et la sécurité future, tout en aidant à garantir des récoltes de haute qualité. Dans l’ensemble, plus de 4 400 hectares de champs de caféiers ont été rénovés avec des arbres résistants à la rouille.

Le café a de nombreuses raisons d’être apprécié et sa production peut avoir énormément de bienfaits, pour vous, mais aussi pour ceux qui le produisent.