Vittel : la démarche Agrivair

Agrivair: d’une démarche locale à Vittel (Vosges) à un engagement global en Amérique du Sud

A la fin des années 80, Vittel lance en partenariat avec l’Inra un programme de recherche pluridisciplinaire visant à protéger le périmètre de ses sources, sans entraver le développement économique local. Ceci conduit en 1992 à la création d'une filiale Agrivair. Ainsi sur 10hectares et 11 communes environnant les sources, tous les acteurs locaux, agriculteurs et collectivités locales se sont engagés à ne recourir à aucun pesticide et à revenir à des techniques anciennes, telles que l'utilisation de rapaces contre les mulots, les coccinelles contre les pucerons, la fabrication de compost avec des déchets verts etc.

Les bénéfices de ces actions sont triples: la protection de la ressource en eau pour tous, la préservation de la biodiversité et le maintien du développement local et de l’agriculture durable.

Pour poursuivre cette démarche de protection partenariale, Vittel s’est engagé en 2010 dans un vaste programme de reforestation en Amazonie, aux côtés de Pur Projet, collectif de lutte contre le réchauffement climatique fondé par Tristan Lecomte.

L’initiative novatrice prévoit la plantation -selon les principes de l’agroforesterie- de 350 arbres par an, avec un objectif total de 1 million d’arbres plantés à horizon fin.

Ce projet s’inscrit dans le prolongement de la démarche initiée par Vittel depuis près de 20 ans pour réduire son empreinte environnementale : une approche globale, depuis la protection de sa source et de son environnement, jusqu’à la réduction de son empreinte carbone (réduction du poids de ses emballages, incitation au geste de tri et stratégie de distribution favorisant les transports propres, comme le rail et le ferroutage).



            Consultez le rapport CSV Nestlé Waters